The Diary Of April

Entrez dans l'univers du monde d'April.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tombe la pluie, tombe...

Aller en bas 
AuteurMessage
Tyler Werbester

avatar

Masculin Nombre de messages : 24
Age : 30
Date d'inscription : 15/02/2007

MessageSujet: Tombe la pluie, tombe...   Dim 18 Fév - 17:02

Il pleuvait. Un jour gris, comme tout les autres jours de pluie. Un jour, aussi simple qu'une rivière dans son lit. Et pourtant, cette pluie. Chaque petite goutte avait fait un voyage par le nuage, allant du petit Nimbostratus à l'énorme Cumulonimbus. Chaque petite gouttelette retombait sur terre. Il pleuvait depuis deux jours. Et la grisaille avait semblé s'être attachée à la ville pour de bon, puisque d'après les météorologues, une forte zone de dépression s'était créé par dessus la ville et ses environs. Quoi de mieux pour commencer une nouvelle année ? Les arbres avaient eut besoin d'eau, les pots de fleurs dessechés oubliés par leurs propriétaires, en avait besoin aussi. Mais, une pluie tombant depuis plus de 48 heures, même lentement faisait monter le niveau de l'eau dans les rivières et les faisaient dépasser de leur lit. Pas étonnant d'ailleurs. Cette pluie était une pluie d'Automne, malgré le mois de l'année. Il sentait bon dans l'air, et, la plupart des familles restaient chez eux, au chaud, devant la télévision, l'ordinateur, le journal ou tout simplement face les uns aux autres, à ce raconter des histoires ou des blagues. La pluie avait tout rendu plus gris, plus foncé. Plus morbide presque. Il y avait aussi cette couleur foncée sur les arbres, l'herbe, tout. Les flaques formées sur les routes étaient pour la plupart déjà prises d'assaut par les enfants. Parfois, rarement même, un éclair zébrait le ciel et il tonnait au zénith. Les feuilles des arbres tombaient parfois, emportées par le vent jusqu'au septième ciel. C'était ce genre de journée où on avait envie de rien, juste de passer du bon temps en famille. Mais ce n'était pas le cas de toute le monde. En tout cas, pas le cas de Tyler.

Ce dernier ne voyait plus Joe Kellerman depuis plusieurs jours et l'inquiétude montait en lui comme une pression sanguine trop forte, qui commence par une simple accélération. Qu'avait-elle ? Pourquoi ne la voyait-il pas ? Il craignait qu'elle soit malade, voir gravement malade. Et le temps de pluie ne faisait qu'empourprer ses sentiments d'inquiétude. Le calme dont il faisait souvent preuve n'était pas le même qu'à l'habitude, un calme forcé. Comme si il ne souhaitait pas s'énerver contre quelque chose d'incertain. Il avait quitté son lieu d'habitation, le regard las, les mains moites. Cette absence féminine dans sa vie, il la connaissait depuis plus de huit mois. Et la voilà qui disparaissait sans lui dire ? Il s'inquiétait. Elle l'avait contacté par téléphone quelques jours plus tôt, mais par le biais de l'informatique n'était pas la même chose que parler directement à son interlocuteur. Encore moins si ce dernier est sa compagne ou son compagnon. La Quiétude ne faisait plus partie de ses journées. Pour le jeune Werbester, la pluie venait comme un don du ciel. Pour maugréer en paix, voir réfléchir sur les pavés glissants de la ville en tranquilité. Bien sûr, il aurait espéré plus que tout au monde pouvoir offrir un câlin à sa bien aimée, voir plus, un baiser langoureux, mais en ce bas monde, le hasard fait parfois bien mal les choses. Posant ses pieds tour à tour l'un devant l'autre, les mains dans les poches de sa veste, il semblait ne pas être affecté par l'eau qui ruisselait de partout. Sa chevelure avait beau être plaquée le long de son visage, les gouttes d'eau avaient beau goutter de son nez et le long de son visage jusque dans son écharpe, il ne réagissait pas. Il était vêtu d'un simple jean, de couloir foncée, et d'une veste perméable, qui avait baissé de plusieurs tons avec la pluie, dans sa coloration.

Ses pas le menèrent jusqu'au parc. Cet endroit là était bien beau lorsqu'il y avait de la pluie tombant des cieux. Un éclair traversa le ciel, et, quelques secondes plus tard, le roulement de tonnerre fit exploser le zénith en une multitude de sons et de couleurs. Tyler n'avait pas peur de marcher parmis les arbres par temps d'orage, bien qu'il pouvait y risquer sa vie. Mais comme tant de gens, il n'avait pas le reflexe de rester exposé, loin d'objets métalliques et autres. Et puis, de toute façon, le tonnerre n'arriviat que toutes les demi-heures. Ce n'était pas un orage incessant, ni un orage silencieux. Bien sûr, il allait rentrer chez lui. Juste, pas en cet instant. Le parc était verdoyant, même sous la pluie et les couleurs mornes d'une journée pluvieuse. Tyler marchait toujours, perdu dans ses pensées, mains toujours dans les poches, lorsqu'il releva enfin le regard. Peut-être que quelque chose avait attiré son attention et l'avait fait lâcher Joe de ses pensées. Mais non, il n'y avait rien en face de lui. Il rebaissa la tête, fourrant le menton et les lèvres dans sa veste, pour se remettre à réfléchir. Il y avait peut-être deux personnes dans le parc à cette heure ci. Mais Tyler s'en fichait bien. Il voulait voir Joe. Mais le Fata peut faire les choses bien différement que l'on ne le souhaitait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
April Standfort
¤SunShine Admin¤
avatar

Féminin Nombre de messages : 501
Age : 26
Love : Qui voudrait de son ♥
Amis : £vєяyβσdy'ѕ
État D'âme : Wєıяd
Date d'inscription : 04/02/2007

MessageSujet: Re: Tombe la pluie, tombe...   Ven 23 Fév - 23:47

Le temps n'était pas bon. Ça tout le monde s'en était aperçut. Toute la ville en fait, y comprit April. Elle qui, à l'habitude n'avait guère l'intérêt de regarder ou écouter les nouvelles; plus précisément la météo, s'était surprise à écouter celle-ci avec attention. Elle voulait s'informer pour savoir quand les précipitations abondantes allaient-elles finir. Bien qu'à l'habitude April adorait la pluie, elle avait hâte que cela se finisse.

Étant plus jeûne, au début de l'adolescence ce qui veux dire vers 11 ans, April adorait patauger dans les flaques d'eau. Elle et son père sortaient toujours, par le temps le plus mauvais, pour se promener dans les rues assombrit par le manque de soleil. Ils portaient tout les deux un joli imperméable que papa avait acheté au même magasin. Mais le petit problème c'était que lorsque son père avait acheté les imperméables, il n'avait pas regardé les grandeurs. Alors April avait été forcée de porter une combinaison dix fois trop grande pour elle et qui traînait pratiquement par terre alors qu'elle était supposée s'arrêter aux genoux.

April se souvient parfaitement de l'allure de l'imperméable. De couleur jaune criarde, la combinaison de pluie contenait deux poches à l'avant au niveau du bassin. Il y en avait également une petite près des épaules et du coeur. April s'était souvent demandée, plus jeune, à quoi servait cette poche. Même encore aujourd'hui, elle ne s'était pas trouvée la réponse à sa question enfantine. Bref, la texture de l'imperméable était assez bizzare. On ne pouvait même pas dire si c'était du tissu imperméable puisque son père et elle revenait toujours chez eux trempés de la tête au pied. Et c'était ce qui rendait les choses merveilleuses, ils attrapaient toujours une grippe quelques jours après leur randonné.

Ils déambulaient toutes les rues près de leur maison d'autrefois. Ils s'amusaient à sauter dans toutes les flaques d'eau qui se trouvaient dans les rues. Ils sautaient dans les quelques nids de poule de la ville en faite. C'était toujours de plus en plus l'fun de faire cette activité puisque au fur et à mesure que le temps avançait, les trous augmentaient, comme si s'étaient eux même qui en produisaient d'avantages. Leur partie du corps qui se faisait le plus mouiller était bien sur leurs pieds. Ils les chaussaient de bonne de pluie qui leur arrivait à la moitié du tibia. Malgré cette longueur, l'eau s'infiltrait dans leur botte.

En revenant de leur activité, ils s'amusaient toujours à vider l'eau froide de leur botte dans le bain en découvrant qui avait amassé le plus d'eau. C'était toujours son père qui gagnait et April ne savait jamais pourquoi. Mais en y repensant, elle comprenait le pourquoi de la situation. Comme il avait de plus grand pied et de plus grande botte, il avait d'avantage de place dans celle-ci. Mais bref, c'était toujours amusant de vider leur coffre au trésor de botte puisque parfois, lorsqu'ils étaient chanceux, ils leur arrivaient de découvrit des petits présents. Comme des morceaux de papiers, des feuilles mortes et ils ramassaient toujours beaucoup de terre et de prendre d'arbre, allez savoir pourquoi.

Bref, tous les souvenirs s'imbibaient dans le cerveau d'April lorsqu'il pleuvait dehors. Elle se rappelait de se souvenir si heureux qu'elle essayait de répéter à chaque fois qu'il pleuvait avec son père. Après sa mort, April s'était mit à détester les précipitations qui la rendaient de plus en plus nostalgique et triste à l'idée de n'être plus aux côtés de son père chétif.

Mais cette journée-là, une pluvieuse, April s'était convaincue qu'aujourd'hui allait être un nouveau jours. Elle allait sortir dehors et se promener à l'extérieur au gré de la pluie. Et en plus, personne n'était à la maison donc elle ne voulait pas rester plantée là toute seule à regarder l'eau s'égoutter de la gouttière près de sa fenêtre de chambre. Et autant plus qu'elle avait passé toute la matinée à regarder des films dans sa chambre. Non mais, habituellement lorsqu'il pleuvait, on parvenait toujours à rester endormit plus longtemps. Étant donné que les petits ruissellements de l'eau sur la toiture nous apaisaient. Mais pour April c'était toute une autre histoire. Les gouttelettes sur le plafond étaient agressant pour ses oreilles. On pouvait les comparer comme lorsqu'on fermait mal un robinet et qu'une goutte faisait un tel bruit en parcourant le lavabo. Mais sauf que cette fois-ci, il n'y avait pas UNE goutte mais bien des milliers. Donc elle n'avait pas dormit autant qu'elle le voulait.

Elle avait passé sa matinée à écouter des films, emmitouflé dans ses couvertes plus douces les unes que les autres, dans sa chambre. Plus précisément dans son lit. April avait passée toute sa collection de film et maintenant elle en avait marre des films qu'elle avait déjà vue une centaine de fois. Bien qu'elle aurait pu aller fouiner dans la collection de son frère, notre chère solitaire préférait sortir dehors.

Notre nouvelle amatrice de la pluie ne savait plus où donner côté vêtement. C'était un problème qu'elle devait toujours faire fasse à chaque fois qu'elle ouvrait son garde-robe. Quoi mettre? Mais cette journée-là, un samedi, pluvieux en plus, April n'avait pas envie de s'en faire avec ses vêtements. Elle mit donc une paire de jean Bongo qui traînait déjà par terre, se mit de gros chaussons de laine pour ne pas attraper froid et pied, elle se dirigea ensuite vers la chambre de son frère puis lui piqua une de ses grosses cagoules qui lui arrivaient près des genoux. Elle était bien dedans et adorait lui en piquer puisqu'elles sentaient tellement son odeur et April adorait la sentir. Elle aimait ressentir que son frère était avec lui nimporte quand.

Bref, elle avait mit ses nouvelles bottes de pluie très amusantes, avec des dessins enfantins dessus ; du genre canard.En plus elles étaient de couleur assez voyante. Jaune criard, alors ça mettait le sourire à April à chaque fois qu'elle les voyaient. Elle enfila ses bottines qui eurent un mal fou à laisser entrer ses pieds naturellement petits mais avec les gros bas, ça n'arrangeait rien. Elle chercha ensuite son manteau dans la garde-robe de l'entrée. En fait elle cherchait une autre chose. Une boite plus précisément. Elle la chercha partout puis la retrouva enfin sur l'étagère du haut du placard. Elle prit entre ses mains la grosse boîte qui servait aux vêtements plus utilisés. La fouilleuse ouvrit le couvercle et ses yeux s'émerveillèrent. Là-devant elle, se retrouvait l'imperméable de son papa chéri. Au lieu de se mettre à pleurer, April fit un grand sourire contente d'avoir retrouver un peu de son papa. Elle se releva ensuite, puisqu'elle s'Était assise par terre puis enfila rapidement la combinaison de pluie par dessus son gros chandail appartenant à son frère.

Elle boutonna les six boutons noirs de l'imperméable un peu sale mais sentant merveilleusement bon. April retourna à la cuisine pour grignoter quelques miettes pour ne pas entendre crier son estomac plus tard. Elle se mit ensuite en route. Elle accrocha son parapluie accoté à l'entrée, sûrement utilisé par sa maman ce matin avant d'aller travailler pour ne pas mouiller ses cheveux. Parlant de cheveux, ceux d'April étaient complètement naturels, comme son visage. Ils étaient légèrement frisés ce qui faisait vraiment joli comme coiffure. Une espèce de coiffure romantique. Toutes ses mèches étaient vaguées ce qui leur donnait n air de friser.

Lorsqu'elle ferma la porte de l'entrée, en prenant soin de l'avoir barré, April ouvrit grand le parapluie d'un noir terne, bien que tout les noirs étaient ternes puis commença à marcher. Enfin, elle ne marchait pas, elle préférait gambader étant donné que sa faisait plus joyeux.

Elle parcourait les rues, jamais exploré avec tant de joie, sans trop savoir où cela la menait. Jusqu'attends de voir un endroit familier; le parc, qui se situait près de sa maison. April adorait venir ici puisqu'elle se sentait vraiment chez elle. Celle-ci était une amatrice de la nature. Elle aimait tout ce qui touchait la faune et la flore. Les animaux et les plantes; elle en raffolait. Bien que son beau-père détestait tout ce qui était animaux, elle se rattrapait à avoir des dizaines de plantes et de fleurs dans sa chambre.Elle adorait passer son temps à sentir leurs doux parfums.

Depuis quelques minutes, April avait remonté sa capuche d'imperméable par dessus ses cheveux puis ranger son parapluie qu'elle s'amusait à faire virvoleter d'un bord à l'autre en marchant.

Bref, lorsqu'elle gambada joyeusement dans le petit sentier que menait la forêt au parc, April fût prise d'un joyeux souvenir. Elle gambada un peu plus vite pour sauter dans une flaque d'eau non loin de Tyler. Lorsqu'elle sauta, elle se rendit rapidement compte que son saut avait entraîné un gros "spalsh" qui l'avait tout arrosé et arrosé un autre également.April retenu son souffle pendant un moment en voyant les dégâts qu'elle avait causé. Elle dit un petit:


-Oups!

Qu'on pouvait entendre résonner dans l'endroit où ils étaient. Elle se pinça les lèvres puis fit une petite moue complètement mal à l'aise. Elle releva le visage vers le jeune homme trempé comme elle pour se rendre compte de ce qu'elle avait fait. En peu de temps, April se rendit compte qu'elle avait complètement mouillé un homme qu'elle ne connaissait même pas. Mais après tout, il était tout de même déjà mouillé alors elle n’ avait rien empiré. Mais ce n'était quand même pas là, la question. Elle avait trempée un homme qu'elle ne connaissait même pas!April fit de gros yeux à elle même en réalisant la gaffe qu'elle venait de faire. Après son petit « oups », on pouvait maintenant entendre April s'excuser.

-Oh mon dieu je suis entièrement désolé..Je ne vous avais vraiment pas vu!!

(Ouah j'Étais inspirée!!!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tyler Werbester

avatar

Masculin Nombre de messages : 24
Age : 30
Date d'inscription : 15/02/2007

MessageSujet: Re: Tombe la pluie, tombe...   Jeu 15 Mar - 15:50

Marchant, mélancoliquement, en pensant à tout et à rien, Tyler soupira longuement. Par le nez, vidant d'un geste très calme ses poumons de tout l'air qu'ils avaient inspirés lors d'un soupir précédant. Que pouvait-elle lui cacher ? 8 mois déjà, et, elle ne lui parlait presque plus, Joe Kellerman. Il se renfrogna encore plus, fourrant la tête dans son écharpe, doucement, cachant tout le bas de son visage, après quoi, il ferma les yeux quelques instants, en se portant la main droite au visage, pour se masser les yeux. De nouveau, il émit un soupir léger. Toutes ses questions qui tournoyaient dans sa tête, et, pourtant, il ne savait pas quoi faire : Allez lui demander ? Et si elle fuyait en le voyant arriver ? Il baissa de nouveau la main. Fit tourner sa tête vers la droite pour regarder autour de lui. Tyler ne vit personne, personne, sauf la pluie, qui continuait de tomber. Un lourd rideau gris devant, derrière et autour de lui. Ses cheveux étaient trempés, jusqu'à la racine, et, l'eau s'écoulait maintenant dans sa nuque et le long de son dos : Son écharpe était plus que trempée. Plusieurs gouttes tombèrent de son menton et son nez lorsqu'il releva la tête, ouvrant la bouche, comme pour soupirer ou crier quelque chose. Il avait les mains dans les poches, et comme il ne regardait pas où il allait, il ne put qu'entendre quelqu'un venir. Apparement quelqu'un de joyeux, vu l'allure à laquelle la personne marchait : Ou plutôt gambadait. IL ne tourna pas la tête et reprit le pas, sans se presser. Même, il marchait lentement, comme si chaque pas le rapprochait du moment où il devrait faire face à sa bien-aimée.

Ce fut là qu'un claquement et un éclaboussement retentirent. La moitié de l'eua projetée en l'air lui attérit sur le bras, trempant le tissu avec des traces sombres, et, le reste lui aspergea le visage. Il secoua la tête pour se débarasser du surplus d'eau, et, alors qu'il ouïssait un 'OUps' féminin, il sortait les mains des poches, délicament, pour ses les passer sur le visage. Ce ne fut qu'une fois ce geste passé, qu'il tourna la tête vers la jeune fille, qui se révèla être la petite soeur de Duke Standfort. IL lui adressa un maigre sourire, histoire de ne pas la faire trop culpabiliser. Lorsqu'elle se mit à marmonner une excuse, comme quoi elle ne l'avait pas vu, un sourire reprit de son intensité sur le visage du jeune homme : IL pinçait à peine les lèvres, pourtant, de son visage bridé, on pouvait lire que le sourire n'était pas ce type de sourires forcés que l'on fait pour paraître polis. Lorsqu'elle termina sa prise de paorle, Tyler la prit à son tour :


Ca ne fait rien, la miss. Je suis tellement trempé que quelques gouttes de plus ou de moins, ça ne fait rien !

Il avait dit ça dans un sourire, pour ne pas paraître trop mélancolique. Dans tout les cas, il la regarda plus attentivement après. Elle ne ressemblait pas forcément à son frangin, le Duke. Elle avait son propre charme à elle. Peut-être qu'elle savait quelque chose à propos de Joe.. Arrête, tu divagues, se dit-il, rapidement. La jeune fille avait perdu un membre de la famille récemment, et, lui, il n'allait pas lui demander si elle savait quelque chose à propos de quelqu'un qu'elle ne connaissait pas forcément. Il soupira simplement, doucement, après quoi il se laissait faire par la pluie, en attendant une réponse de la part de la jeune fille. Patiemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tombe la pluie, tombe...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tombe la pluie, tombe...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La pluie tombe sur moi
» La pluie tombe
» OUTRE TOMBE (Tome 1) LES MORSURES DE LA NUIT de Alyxandra Harvey
» Enfer...
» Mai en pleurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Diary Of April :: The City :: Garden Park-
Sauter vers: